Hi, How Can We Help You?
La salle des thèses d'Orléans

La SAHO

Fondée en 1848, reconnue d'utilité publique en 1865, la Société Archéologique et Historique de l'Orléanais (SAHO) a pour vocation d'étudier le patrimoine archéologique, historique et architectural de l'Orléanais. Elle fait connaître ses travaux au cours de ses séances le 2e vendredi de chaque mois, de septembre à juin, à 18h, à la Salle des Thèses, rue Pothier. Elle publie ses travaux dans un Bulletin semestriel illustré (Bulletin de la Société Archéologique et Historique de l'Orléanais, BSAHO). Elle organise également des conférences publiques, des expositions et des excursions.

Les jours de séance, la bibliothèque de la SAHO est ouverte à tout public de 15h à 17 h 45. Les responsables vous y attendent également.

Prochaine conférence 

Vendredi 11 octobre 2019 - 18h Guerres de religions, entre crises et réconciliations, un grand témoin : Philippe Duplessis-Mornay (1549 - 1623) par Sylvie Le Clech’Charton.

En décembre 1576, quand Henri III réunit à Blois les États généraux, paraît un texte politique vibrant et moderne, signé sous une identité d’emprunt, « La Remonstrance aux Estats de Blois pour la paix, sous la personne d’un catholique romain ». Son véritable auteur est un juriste et théologien protestant, Philippe Duplessis-Mornay, conseiller d’Henri de Navarre, artisan de la paix entre le futur Henri IV et Henri III, en 1589. Ce texte donne les clés de la construction d’une citoyenneté à part entière et d’une réconciliation civile.

Cette conférence sera précédée d’une courte communication :

Une attestation de pèlerinage à Compostelle (1722 - Fonds SAHO), par Françoise Michaud-Fréjaville.

Programme de la séance du 8 novembre : « Ponton de Xaintrailles et le duc d’Orléans » par Olivier Bouzy

Conférence précédée de deux courtes communications :

1. « Qu’entendait-on par Recouvrance ? Questions sur les sanctuaires dédiés à la Vierge autour d’Orléans. par Françoise Michaud-Fréjaville

2. « Bernard Perrot, paroissien de Notre-Dame de Recouvrance » par Christian de Valence